Une Région Privilégiée pour l'implantation des Hommes

Comprendre l’histoire d’Aleria, c’est avant tout prendre conscience de la spécificité géographique de son territoire qui est sans doute à l’origine des vagues successives de colonisations pré- et protohistoriques, grecques, étrusques, carthaginoises, romaines, voire pisanes et génoises.


En effet, cette région présente une morphologie tout à fait intéressante notamment grace à la présence de plusieurs buttes (Aleria, Casabianda et Macellone), d’un fleuve (le Tavignano), d’étangs (Del Sale, Diana et Urbino) ainsi que d’une fa&ccdeil;ade maritime sur la mer Tyrrhénienne.

Musée Aleria

De tels éléments ont représenté des atouts majeurs expliquant l’implantation de l’homme depuis la Préhistoire. Les buttes sont un lieu de pâturage pour les troupeaux paissant en dehors des zones humides.
Ce sont par ailleurs d’excellents points de surveillance, de défense et d'habitat. Le fleuve permet une pénétration aisée vers l’intérieur de l’île et fertilise les plaines. Les étangs fournissent une large variété de ressources alimentaires grâce aux coquillages, aux poissons, aux oiseaux et à leurs oeufs. Ils permettent aussi la récolte du sel tant recherché pour la conservation des aliments et des roseaux pour la confection des nasses, des pièges et des structures des premiers fours à métaux. Enfin, la fa&ccdeil;ade maritime favorise les échanges commerciaux, culturels et technologiques avec le monde extérieur.

On comprend alors pourquoi ce territoire va susciter, très tôt dans l’histoire, l’intérêt des groupes humains puis des puissantes cités. L’exploitation des ressources naturelles telles que les minerais, la cire, la résine, le liège, le sel, le bétail ou le miel va constituer également un excellent moyen de s’enrichir puisque ces produits vont devenir de véritables monnaies d’échanges.

Surnommée la « Cité Romaine «, Aléria fut fondée au vie siècle av. J.-C. sur le littoral oriental de la Corse. Sa situation face à la côte latine en fit le chef-lieu de la Corse romaine et une cité antique prospère, dont les vestiges constituent aujourd’hui un site archéologique majeur. Décimée au fil des siècles par les incursions barbaresques et le paludisme, Aléria a joué un rôle notoire dans l’histoire de la Corse comme siège épiscopal au Moyen Age puis foyer d'opposition aux paolistes au XVIIIème siècle (symbolisé par le fort de Matra).